Difficultés de RecrutementCela semble être un paradoxe mais en est-ce vraiment un ? Comment les entreprises expliquent-elles qu’elles aient du mal à recruter alors qu’il n’y a jamais eu autant d’informaticiens à la recherche d’un emploi ?

Cette situation s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs.

Du coté des recruteurs

Les besoins évoluent tant dans les qualités recherchées chez les candidats que pour les technologies maîtrisées. Cette évolution a toujours existée mais elle est maintenant plus rapide que jamais. Or, l’habitude est de recruter des candidats qui ont déjà appliqué ce que l’on veut leur faire faire sans toujours anticiper ce qu’ils devront faire demain. La vitesse de l’évolution ne le permet plus.

Avec une courbe d’adoption des technologies modérée, les précurseurs étaient recrutés par les innovateurs qui eux-mêmes alimentaient les suiveurs précoces et ainsi de suite. La pente actuelle de la courbe ne l’autorise pas. Il faut donc recruter sur le potentiel d’un candidat à occuper un poste et sur ses capacités d’évolution plutôt que sur ce qu’il a fait dans le passé.

Ceci suppose :

  • De revoir toutes les procédures et les habitudes de recrutement
  • D’être capable d’identifier les potentiels d’évolution d’un candidat
  • D’apprendre à intégrer dans les équipes des profils différents et souvent d’autres générations

Cette démarche (cette évolution) se heurte souvent à de mauvaises expériences de « reconversion » à laquelle cette politique est assimilée. C’est une attitude qui doit être dépassée. Rester bloqué sur cet à priori ne se justifie que si l’on pense que parmi les dizaines de milliers d’informaticiens en recherche d’emploi il n’existe pas de talents dignes de nous rejoindre ou que nous ne saurions pas les accueillir.

Les processus et méthodes pour réaliser cette évolution existent.

Du coté des candidats

Dans un secteur en perpétuelle évolution, il est important de pouvoir valoriser ses savoir-faire et aptitudes techniques ou fonctionnels par du potentiel et de l’adaptabilité afin d’embrasser un autre domaine, une autre technologie, une nouvelle carrière, une nouvelle façon de travailler, …

Les cursus de reconversion qui existent n’abordent souvent que l’adaptation des compétences techniques – ce qui n’est qu’une partie de l’enjeu – et ne sont pas suffisamment modulables en fonction des connaissances et expériences de chacun. Ils ne débouchent malheureusement que rarement sur un emploi.

Il faut donc que les écarts entre les postes proposés et ses acquis soient non seulement évalués mais trouvent une solution de formation adaptée et efficace, …et que des entreprises acceptent d’intégrer des profils en devenir.

Résoudre progressivement le paradoxe de la difficulté à recruter dans un marché de l’emploi déprimé demande une synchronisation des démarches des candidats et des recruteurs.

C’est un des défis que Galatéa relève en essayant de contribuer à cette évolution.

Pierre François

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>